Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
100etikt

J'écris un peu, beaucoup et parfois passionnément.

Ouvrir la voix

 

 

Il y a quelques mois, je me suis retrouvée en larmes au cinéma, après deux heures de visionnage d'un documentaire qui s'intitule "Ouvrir la voix".

Je crois bien que c'est la première fois que cela m'arrivait.

Je n'ai pas pleuré de tristesse, c'était des larmes de joie mêlées à un sentiment de soulagement, de bien- être, de plénitude.

Enfin des témoignages sortent de l'ombre pour être mis en lumière sur grand écran pour me dire : "Non tu n'es pas la seule à vivre des expériences spécifiques liées à ta couleur de peau et à ton sexe!"

 

Plénitude, c'est le mot qui convient. Je suis pleine de "voix", de visages et d'émotions...d'émotions noires. Une couleur qui qualifie très souvent voir systématiquement des choses, des situations, des émotions et une peau de façon négative, péjorative.

L'émotion noire ici et pour toujours sera positive.  Visionner ces images, écouter ces narrations, ces expériences de vies multiples et diverses ont eu sur moi un impact quasi mystique : mon corps et mon esprit ne m'appartenaient plus. J'étais toutes ces femmes à la fois avec mon expérience personnelle en tant que femme noire.

Comment est- ce possible d'être toutes ces femmes, voix, à la fois et en même temps unique?

La réponse, elles sont femmes et noires. Une couleur qui leur fait vivre des expériences communes, alors que les expériences personnelles justement, les choix et parcours sont tout sauf semblables. Les différentes confessions le prouvent, elles sont uniques dans leur façon de prendre la parole, d'ouvrir leur "voix".

Pourtant l'individualité de ces femmes n'empêchera pas de faire l'objet de rejet, de mépris, d'exclusion, d'incompréhension, du racisme tout simplement.

Des trajectoires déviées, détournées, sinueuses rarement linéaires grâce ou à cause de cette couleur. Une porte ouverte à tous les fantasmes, toutes les idées préconçues aux histoires les plus incroyables alors que le plus incroyable c'est que rien de ceci ne relève de la réalité, leur réalité mais d'une projection d'un groupe dominant sur elles qui impacte leur vie.

Comment se construire non pas dans sa propre réalité mais à travers le prisme lourd, gênant jusque dans le domaine de l'intime du regard que porte la société sur elles ?

Peut- être que le documentaire tente d'y répondre ou laisse tout simplement la parole aux concernées, ce qui est une véritable révolution en soi. Les voix se libèrent.

 

"Ouvrir la voix" ouvre la "voie" de la discussion, du questionnement.

Ce documentaire se charge également d'ouvrir les cœurs, les esprits, les yeux, les bras et sa porte aux autres.

Ouvrir la voix - sortira en DVD en septembre 2018, je vous invite vivement à vous le procurer. Si vous avez des enfants en âge de le visionner, investissez dans ce qui va soutenir votre travail d'éducation au quotidien. C'est un outil pédagogique à part entière que de pouvoir mettre des mots sur des maux, qu'ils subiront, vivront malheureusement pour beaucoup dans le futur ou que vivent déjà certains et qui marquent à vie.

24 femmes, 24 vies, 24 témoignages qui ne sont pas du larmoyants ou  victimaires, bien au contraire. Ce sont tout simplement des vérités sur ce que notre société fait peser sur les femmes noires dans le domaine de l'amour, du travail, de l'éducation au sens large, des choix de vie qui découlent de tout simplement, être; les sacrifices que cela comporte et l'amour de soi, oui, car au final au bout du tunnel ce que ces femmes ont en commun, ce qui transparaît c'est que malgré les embûches, elles se choisissent - elles- c'est en cela que ce documentaire est puissant.

Nous avons peut- être le choix de nous battre, de combattre et ce choix peut - être appartient à nous seules.

Merci Amandine Gay d'avoir fait le choix de se battre pour que ce documentaire puisse voir le jour et être diffusé dans certaines salles de cinéma.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article