Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
100etikt

J'écris un peu, beaucoup et parfois passionnément.

Black Panther, une histoire de représentations.

 

 

Je fais partie de celles et ceux qui ont eu le privilège de voir Black Panther et j'étais obligée de poser des mots sur mes émotions et sur ce que ce film véhicule.

J'avais partagé mon avis sur l'un de mes réseaux sociaux que je souhaite partager ici également et ainsi expliquer pourquoi c'est un privilège d'avoir pu le voir :

Black Panther au- delà d'une claque visuelle et des effets spéciaux à couper le souffle a été pour moi une véritable révolution sur le plan des représentations, des modèles et des symboles.

Tout d'abord traiter l'Afrique de manière non misérabiliste fait du bien.

Ensuite le héros noir qu'on n'essaye pas de ridiculiser ou tuer les premières minutes du film ça change et regonfle l'égo.

 

Ce qui m'a véritablement surprise dans le films c'est la place et le rôle que tiennent les femmes!

 

Je ne pensais pas qu'elles auraient une place aussi importante. Elles sont  libres dans leurs choix, indépendantes, affranchies des stéréotypes que l'on colle aux femmes noires généralement  (toujours en colère, hypersexualisées, filles - mère etc).

Ici, elles sont intelligentes, puissantes, elles sont la force de Black Panther, elles occupent de hautes fonctions (ingénieur, Général...).

Les femmes dans ce film, qu'importe leur statut (reine, princesse) ou leurs fonctions (cheffe des armées, ingénieur...), n'attendent pas passivement d'être sauvées, délivrées ou même aimées, elles prennent part activement à leur destin.

La mise en valeur des codes esthétiques affichés non comme un phénomène insolite, étrange ou même risible mais comme des codes de beauté à part entière rendent ses lettres de noblesse à la beauté africaine ancestrale qui perdure jusqu'à nos jours.

L'Afrique dans son ensemble a été source d'inspiration du nord au sud, pour les costumes, le maquillage et beaucoup d'autres détails. La source est connue pour une fois, les influences africaines ne sont pas passées sous silence, autrement dit pas d'appropriation culturelle ici, mais plutôt une volonté d'afficher fièrement la richesse de l'héritage africain comme une culture forte, digne et de manière  directe.

D'autres éléments, qui sont des détails pour certains mais qui sont essentiels pour mon vécu, mes représentations en tant que femme noire, notamment, la mise en avant de la beauté au sens littéral, puisque le casting va au delà de mes espérances : des femmes à la peau noire ébène sont les héroïnes.

C'est essentiel de le souligner car la peau noire subit une double discrimination, d'une part une discrimination, un racisme de la population non noire ou ne se considérant pas comme tel et d'autre part ce même phénomène à l'intérieur de la communauté noire que l'on nomme le colorisme.

Le colorisme fait des ravages dans la communauté noire car il s'agit de classer la peau noire de la plus foncée à la plus claire.  En d'autres termes, plus votre peau se rapprochera de la couleur blanche, plus vous êtes jugées belles et êtes valorisées mais dans le cas contraire plus vous avez la peau noire plus vous vous éloignez des standards de beauté classiques donc plus vos chances d'être considérées comme "belles" sont proches de zéro. Dans les stéréotypes coloristes on peut y ajouter les cheveux, un autre facteur qui subit encore une fois cette double discrimination. C'est toujours la même règle du jeu, plus vos cheveux seront lisses, plus ils seront considérés comme esthétiquement beaux et à l'inverse plus vos cheveux seront crépus plus vous vous éloignez des codes esthétiques à l'occidentale et donc encore une fois ce cheveu ne sera pas considéré comme beau.

 

 

Les héroïnes de Black Panther font voler en éclat les clichés coloristes, ces femmes belles et puissantes ont la peau noire, pas métisse, caramel mais réellement noire ébène, les cheveux sont crépus, tressés, locksés, rasés. Le cheveu rasé est symbole de force, de puissance et une coiffure à part entière. La tête rasée est une véritable ode à la féminité, dans certains peuples d'Afrique depuis des millénaires. Cette féminité renverse les canons de beauté classiques à l'occidentale, imposés dans le monde entier. Tous ces codes esthétiques capillaires sont une fierté et non plus étranges, saugrenus, curieux et bien d'autres synonymes.

Mon expérience personnelle en est la preuve, lorsque j'ai rasé mes cheveux il y a quelques années j'ai subi colère, désemparement saupoudré d'un peu de honte de la part de mes parents, moqueries, incrédulité de la part de beaucoup d'autres. Au mieux c'était un raté capillaire au pire mon orientation sexuelle avait dû changer sinon ce n'était pas possible de se raser la tête pour le plaisir, lorsque l'on est saine d'esprit. Bizarrement je ne me suis jamais sentie aussi belle et libre de ma vie d'être moi et d'être à contre- courant des canons de beauté du moment. Je me suis sentie réellement unique de ne ressembler à aucune autre et de ne pas porter des cheveux qui ne m'appartenaient pas. Bien sûr certaines personnes m'ont trouvée belle, même si m'être rasée était un geste "osé" alors que pour moi c'était tout simplement un changement de coiffure.

D'ailleurs dans le film, il y a un joli clin d'œil à ce sujet avec beaucoup d'humour sur les cheveux qui ne sont pas les nôtres, je n'en dis pas plus.

Les héroïnes en plus de faire sauter les verrous des stéréotypes en tout genre flanqués aux femmes noires très souvent, mettent en avant une beauté trop longtemps ignorée, pas assez commercialisable aux yeux de certains ou mise en avant de façon rare et/ ou insolite, ou comme une faveur accordée alors que la peau noire ne relève en rien de la science- fiction mais de la réalité tout simplement.

Les thèmes abordés, comme la place de l'homme noir dans le passé et dans le monde actuel sont véritablement politiques et nous amènent obligatoirement à réfléchir sur la dualité entre l'homme noir et l'homme blanc dans ses relation aussi bien économiques, sociales que culturelles.

Les chiffres actuels communiqués au box- office, 3 millions de spectateurs rien qu'en France, avec un casting d'acteurs et actrices majoritairement noirs, est un véritable pied de nez à toutes les idées reçues. Notamment que les films avec en majorités des actrices et acteurs noirs n'étaient pas rentables ou que les spectateurs ne sont pas prêts à les regarder. 

J'ai été conquise et j'ai hâte que mes enfants puissent voir ce film et bien d'autres dans lesquels nous pouvons nous projeter et être représentés positivement...enfin!

A l'heure où j'écris ces lignes je suis tombée sur un tweet, cela se passe aux Etats- unis avec en image des parents tenant une photo de leur fille de 9 ans qui s'est suicidée parce qu'elle était moquée à cause de la texture de ses cheveux et de ces coiffures. Cette histoire est d'une grande tristesse et prouve encore une fois que les représentations positives à tous les niveaux sont plus que  jamais essentielles même vitales, car elles ont un tel pouvoir de modifications des perceptions, qu'elles peuvent sauver des vies, j'en suis certaine.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir
Répondre
F
Merci.